Perte d’un enfant : évolution du nombre de jours

La perte d’un enfant est toujours une épreuve très difficile à vivre.

Même si cela restera toujours insuffisant, à compter du 1er juillet 2020,la législation en cas de perte d’un enfant de moins de 25 ans évolue.

Tous les salariés auront droit à un congé de sept jours au minimum financé par l’employeur, au lieu de cinq jours auparavant.

En complément, les législateurs ont créé un nouveau congé pour deuil de huit jours
dont le financement est réparti à parts égales entre l’employeur et la Sécurité sociale. Il pourra être pris dans l’année et de manière fractionnée.

L’ensemble des salariés du privé comme du public aura donc la possibilité de s’absenter pendant quinze jours sans perte de rémunération.

À noter que le congé reste d’une durée de cinq jours dans l’hypothèse où l’enfant perdu a plus de 25 ans.

Retrouvez tous les mois en tant que d’adhérent ce type d’information dans le magazine de la CFDT, compris dans votre adhésion :

Extrait du Magazine de la Confédération
N°465 Juillet - Août 2020