Les fédérations demandent de s’attaquer aux racines de la crise et non aux symptômes