48ème Congrès : le regard de la première fois ...

La délégation du Syndicat comptais 3 personnes dont c’était la première participation à un événement de ce type.

Chacune et chacun nous confie sa vision ....

Nathalie :
Il est un moment important dans la vie du militant tant au point de vue politique que convivial. Il est aussi intéressant de voir comment la démocratie s’exerce au sein de la CFDT. Il n’est pas toujours facile pour les nouveaux militants de comprendre tous les rouages et les choix politiques qui découlent des amendements.

Pour autant, c’est un moment convivial mais malgré tout à prendre au sérieux car si certains ne l’on pas comprit comme tel, il engage des positions déterminantes auprès de notre gouvernement et surtout dans le portage auprès de nos adhérents. Le fait de participer à cet événement me permet de présumer que je porte et représente auprès de la confédération les revendications des adhérents et là est toute ma légitimité au sein de la CFDT en tant que militant.

Au-delà, les liens tissés dans notre collectif lors de cette rencontre sont uniques et précieux.

Arnaud
Jeune militant, nouvellement DS, j’ai eu la chance de pouvoir bénéficier de la place "jeune" pour le compte du Syndicat CFDT Chimie Energie CVDL.

Pour une première participation à un congrès, je commence par un congrès confédéral, le congrès des 50ans de la CFDT.

Une semaine chargée, avec des débats très intéressant, tant au niveau national qu’européen. La CFDT s’est construite et continuera de se construire avec ses adhérents.

Les deux premiers jours laissent la libre tribune pour qui, syndicats, URI ou UTR, souhaite revenir sur les quatre dernières années. Je regrette d’une part qu’un système de proportionnalité n’ai pas été retenu afin de permettre à un maximum de syndicats de pouvoir s’exprimer, et d’autres part que les différentes expressions ne portaient pas toutes sur le retour des quatre dernières années mais sur des sujets inter branche ou inter URI peu utile, d’après moi, en ces lieux.

Le milieu de semaine à vu l’élection du bureau national puis la réélection de Laurent Berger comme Secrétaire Confédéral. La démocratie est encore respectée grâce au vote mais il aurait été intéressant d’ouvrir davantage le panel de candidats car dans la majorité des cas, ceux-ci ne pouvaient être que réélu.

C’est lors des deux derniers jours que se sont déroulés le jeu des amendements, instaurer un avis du bureau national oriente de facto le vote moyen des représentants. Les échanges de présentation d’amendement et de contre furent tout de même constructifs et amenaient à réflexion.

Outre les temps de travail, les temps de déjeuner et diner ont permis de créer des échanges et des pistes de réflexion.

Je suis sorti du congrès fatigué mais avec une vision élargie de notre CFDT et de ses orientations futures.

Dans quatre an je ne serai plus "jeune" est c’est tant mieux, ce type d’invitation doit perdurer et il faut savoir laisser la place à l’émancipation.